Back to home
dans SANTE & SPORT

Marathon de Sénart 2019

  • 16 mai 2019
  • By Marwa
  • 0 Commentaires
Marathon de Sénart 2019

Récemment sur ma page Facebook, je vous ai annoncé que j’allais prochainement participer à mon tout premier ultramarathon, un 100km ! Si vous avez loupé l’annonce, vous pouvez encore visionner le teaser sur ma chaîne YouTube.

Du coup, dans le cadre de cette préparation, j’ai couru le Marathon de Sénart en sortie longue allure 100km. Ca fait bizarre de se dire qu’on court un marathon en entraînement ! J’ai partagé ce marathon avec mon pote Mehdi du blog Mindful Runner Chronicles. Eh oui, nous comptons courir le 100km à trois, avec Cedric, notre acolyte du marathon de la Rochelle.

Coup de flip lundi soir quand je vois dans le règlement que le Marathon de Sénart est limité à 5h30 alors que notre sortie longue devait faire 5h40. Je me dis que ce n’est pas grave, on va accélérer un peu et ça va le faire.
On s’est rapidement retrouvé en queue de peleton avec Mehdi et j’avoue que la pression de la voiture balai nous a fait avancer plus vite que prévu. Nous tournions à 7min23 alors que nous pouvions largement être dans les temps en courant à 7min40.

Bref, on se balade tranquillement et les 5h30 de podcasts que j’avais téléchargé restent sagement dans mon sac. Je suis bien, je profite du soleil, du bruit de la nature et j’avais l’impression que les écouteurs dans les oreilles me coupaient du moment présent, donc je les laisse tomber. 
On croise peu de coureurs, à vrai dire jusqu’au 16ème on court seuls, normal on est les derniers !

Les bénévoles et les gendarmes étaient au top. Partout où on passe, ils nous encouragent à flot, les peu de spectateurs aussi. Je n’ai jamais vu ça sur une course. Il n’y avait pas beaucoup de gens le long de la route, mais ceux qu’on croisait nous acclamaient d’une force, je crois que j’ai dû dire «merci» au moins 1000 fois et le sourire ne m’a que très rarement quittée.
Je suis heureuse, un peu sur une autre planète. C’est vraiment une longue balade et en plus il fait beau.

A partir du 17ème km les jambes commencent à être un peu lourdes. Faut dire qu’à cette allure très lente, on était déjà à plus de 2h de course. C’est à ce moment-là qu’on commence à dépasser quelques coureurs qui sont dans le dur. On profite pour les encourager, les faire rire, discuter avec eux. 
Entre le km 23 et le km30 mes jambes sont assez lourdes, j’ai l’impression de traîner 2 poteaux en béton ! A ce moment-là le doute s’immisce dans ma tête. Si je suis déjà musculairement fatiguée à ce stade, comment vais-je tenir 100km ?

Mais ces moments de doute sont entrecoupés par d’autres moments où je me sens en pleine forme et petit à petit la détermination se cristallise dans ma tête, à mesure que les kilomètres défilent : oui j’ai mal aux muscles, mais je me sens capable d’enquiller sur un 2eme marathon et 15,61 km. 

C’était fou car les kilomètres défilaient vraiment à une « vitesse » incroyable. Je n’arrêtais pas de le dire à Mehdi, dès qu’on voyait le panneau du kilomètre suivant, « Quoi ? Déjà ? »
A l’arrivée, j’ai le plaisir de retrouver toute la Team Ruban Bleu contre la Sclérose en Plaque! Ça fera l’objet d’un article bien dédié car je suis ambassadrice de cette association et je cours sous leurs couleurs. Ils ont vécu une course mémorable autour de Karine, poussée par son fils Jeremy dans une goélette.

Franchement je ne peux que recommander ce marathon au parcours vraiment sympathique et avec les meilleurs encouragements que j’ai eus sur une course. Autant je dis toujours que je ne referais pas les mêmes courses d’une année à l’autre, autant celui-là je suis prête à le recommencer ! Marathon bouclé en 5h26min21s, main dans la main avec Mehdi.

Le lendemain 0 courbatures. La surlendemain non plus. Donc c’est rassurant, l’allure bien que légèrement supérieure à celle visée, était bonne et n’a pas trop pioché dans les réserves. 
42,195km de bonheur, oui c’est possible ! Je vous recommande chaudement de tester un marathon en allure endurance et sans pression de chrono, à juste kiffer le moment.
A 4 semaines pile poil de l’objectif, j’étais sereine, rassurée et plus déterminée que jamais à aller affronter mon premier 100 km.

Par Marwa, 16 mai 2019
Marathon de la Rochelle
Mon premier triathlon
Marathon de Paris 2018
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rejoignez moi sur Instagram

@l_effet_marwouah